Un conte d'après une histoire vraie … A tale based upon a true story.


Ce pourrait être un conte pour la Saint Valentin. Et comme on se plait à le préciser aujourd’hui, « d’après une histoire vraie »

Louis Cartier avait rencontré Jean Cocteau pendant la Grande Guerre et ils restèrent liés. Au cours d' une conversation, le poète imagina des formes saturniennes à ce qui serait un symbole multiple de l’alliance. Sur cette idée le joaillier inventa une bague combinée de trois anneaux, chacun dans une couleur d’or (rose, jaune et gris).

C’était en 1920, Jean Cocteau en commanda deux, une pour lui et une pour Raymond Radiguet, son amant, qu’ils portaient à l’auriculaire.

L’objet était beau, l’image du symbole puissante, on oublia le contexte particulier de sa création, la bague portée à l’annulaire devint l’emblème luxueuse de l’union.

On a beaucoup brodé sur cette histoire vraie en rajoutant symbole sur symbole, marketing oblige, la complicité des deux créateurs, la signification ésotérique des couleurs des ors et celle religieuse de la trinité (la bague prit le nom de Trinity en 1998).

J’en ajouterai bien un, scientifique, plus ambigü.

Depuis le début du XXè siècle, les sondes spatiales ont permis de connaitre la composition des anneaux de Saturne, une sorte d’immense poubelle minéralogique, composée de millions de particules de glaces et de roches… Les anneaux seraient donc un éloge de la diversité et du chaos, bien loin de la tranquillité conjugale. Qu’on se rassure, c’est tout de même sur l’attraction mutuelle et gravitationnelle que repose le maintien de l’ensemble. De quoi plaire au « poète frivole ».

It could be a Valentine day tale, with the mention, as we like to say, « based on a true story » .

Louis Cartier, the jeweller, met Jean Cocteau the poet, during the World War I and they became friends. One day Jean Cocteau pictured what the Saturn’s rings could be as the symbolic form of a multiple alliance. Inspired by the idea, the jeweller invented a ring combining three elements, each with one colour of gold : white, yellow and pink.

It was in 1920, Jean Cocteau ordered two of them, for himself and his lover, at that time Raymond Radiguet, that they used to wear on the little finger.

The jewel being gorgeous and the image of the symbol powerful, the specific context of its creation was soon forgotten, the ring at the third finger became the luxury hallmark of the union.

A lot of symbols were added to this true story under the rules of marketing : the complicity between the poet and the jeweller, the esoteric meaning of the three golds, the religious vapours of the trinity (the ring was later called Trinity, in 1998)

I’d like to add a scientific more ambiguous element of symbol.

Since the early 20th century with the space probes we’ve learned a lot about Saturn’s rings, sort of a huge mineral dustbin, made with millions of ices and rock element. They could be the praise of diversity and even chaos, very far from the idea of matrimonial felicity. But be reassured, it’s still on mutual and gravitational attraction that the all thing is put together. Something to please the « frivolous poet ».

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
  • Instagram - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • Facebook - White Circle

CONTACT US / NOUS CONTACTER +33(0)681190587

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now